Porcs Bio

Catherine ADABIO
Messages : 81
Enregistré le : 12 août 2015, 10:37

Vidéos Pâturage et Ortie pour les Porcs et Volailles

Message par Catherine ADABIO » 11 avr. 2019, 09:34

Des vidéos réalisées dans le cadre du CASDAR Secalibio, projet qui vise à sécuriser les systèmes alimentaires en production de monogastriques biologiques (multipartenarial coordonné par ITAB/IBB/CRA PL)

Cultiver l'ortie pour l'alimentation des Porcs et Volailles

Pâturage des truies sur parcours à Haute Valeur Protéique
Catherine ADABIO
Messages : 81
Enregistré le : 12 août 2015, 10:37

Re: Porcs Bio

Message par Catherine ADABIO » 13 mai 2019, 12:22

OUTIL de RATIONNEMENT en Production Porcine

Un outil de rationnement en production porcine est disponible sur le web :

EvaPig® est un outil de prédiction des valeurs énergétiques, d’acides aminés et de phosphore des matières premières et des aliments pour le porc en croissance et adulte.

Les données sont paramétrables avec vos analyses d'aliment.

http://www.evapig.com/x-home-fr

Pour ceux qui essaieront, merci de nous faire passer vos remarques sur cet outil....
Catherine ADABIO
Messages : 81
Enregistré le : 12 août 2015, 10:37

L'élevage de porcs Bio en Autriche : Bâtiments, Bien être et Filière

Message par Catherine ADABIO » 17 sept. 2019, 14:55

L'élevage de porcs Bio en Autriche : Bâtiments, Bien être et Filière

La FNAB a organisé du 12 au 15 mars dernier un déplacement en Autriche pour visiter une station d’expérimentation et 2 élevages commerciaux qui pratiquent les mises bas en liberté équipés de cases de l’équipementier Schauer, avec accès à des courettes extérieures pour les truies et les porcelets (1) . Des éleveurs et éleveuses indépendant-e-s, des groupements de producteurs, une association de protection du bien-être animal et des instituts techniques ont constitué la délégation accueillie par Bio Austria, partenaire de la FNAB.

Le marché autrichien du porc Bio :

En Autriche, le marché de la bio se structure autour de standards privés plus exigeants que l’Eurofeuille. Au-delà de la labellisation portée par Bio Austria, dans un paysage où les magasins spécialisés pèsent peu, les distributeurs Aldi (discounter) et Rewe (GMS classique) ont créé leur cahier des charges privés « bio + », associés à des marques propres. D’un distributeur à l’autre les exigences peuvent varier fortement.

La principale organisation économique d’éleveurs de porc bio, Bio Schwein Austria (100 % porc bio), compte 250 sociétaires. Elle est détenue à moitié par les producteurs et à moitié par le directeur. Elle abat 850 porcs / semaine, soit 50 % du volume national (1 900 porcs / semaine). La différence est couverte par les autres OEPB, les producteurs en vente directe et par l’usage propre de certains producteurs.

Bio Schwein Austria a mis au point son propre cahier des charges, qui impose aux éleveurs de respecter un des standards « bio + » existant en Autriche. Dans les faits, 98 % des porcs charcutiers valorisés par l’OEPB sont certifiés Bio Austria. Bio Schwein Austria demande également aux éleveurs de nourrir leurs animaux avec de l’alimentation 100 % bio et de valoriser de l’ensilage de trèfle comme fourrage grossier, en plus du foin. Les porcs charcutiers de plus de 130 kg sont déclassés.

Bio Schwein Austria estime à 45-50 cts / kg le prix de l’aliment, soit un coût total entre 135 et 200€ par porc charcutier (base de calcul : 300 à 400 kg d’aliment par porc charcutier pour l’engraissement).

Les informations disponibles quant au prix payé producteur sont incomplètes. Lors des rencontres avec les opérateurs autrichiens, il a été évoqué un prix plancher (3,15 € / kg – TMP 56) qui ne prend pas en compte les rentrées supplémentaires liées au respect obligatoire du cahiers des charges « bio + » Bio Austria. Ce prix de base doit également être analysé au regard des montants substantiels d’aides nationales et régionales perçues par les éleveurs bio autrichiens pour la construction de nouveaux bâtiments.

Le retour sur les principaux enseignements tirés de ce voyage, et de nombreuses photos, dans le Compte Rendu ci-dessous :
20190418_CR_voyage_etude_autriche.pdf
(5.08 Mio) Téléchargé 3 fois

Des infos plus détaillées sur :
- les avantages et limites des élevages avec maternités en liberté Schauer et courettes extérieures au stade maternité,
- la réglementation autrichienne relative à la non-contention,

sur le site Produire Bio :

Produire Bio_Bâtiments d'élevage et Filière Porcs en Autriche
Catherine ADABIO
Messages : 81
Enregistré le : 12 août 2015, 10:37

Quelles matières premières pour une alimentation 100% bio ?

Message par Catherine ADABIO » 16 oct. 2019, 13:27

Quelles matières premières pour une alimentation 100% bio ?

En 2021, toutes les matières premières utilisées en élevage bio devront être certifiées AB
Au 1e janvier 2021 pour les porcs de plus de 35 kg, au 1e janvier 2025 pour les plus petits, l’alimentation devrait être à 100% bio et avec 30% - au lieu de 20%- de lien au sol. Une évolution prévue de longue date, mais qui serait difficile à appliquer à cause de la forte progression du nombre d’élevages bio. Pour y répondre, les surfaces conduites en bio augmentent, mais moins vite en protéagineux que pour les autres cultures.

Dans le cadre du projet SecaliBio, la problématique de l'utilisation des différentes matières premières est traitée :
- leurs caractéristiques nutritionnelles,
- les spécificités par rapport aux matières premières conventionnelles
- l'utilisation de graines de soja en alimentation porcine : performances, traitements thermiques, coûts et fonctionnement d'un toaster en CUMA

Une présentation de ces travaux :
1_atelier_porc_Matières premières et toastage (1).pdf
(2.61 Mio) Pas encore téléchargé
Catherine ADABIO
Messages : 81
Enregistré le : 12 août 2015, 10:37

Création d'une filière porcs plein air

Message par Catherine ADABIO » 16 oct. 2019, 13:36

L’Association Div’Porc propose aux éleveurs à la recherche d’un atelier complémentaire, ou d’une activité principale, de participer au développement du réseau d’élevage “Porc Premium 100% Liberté”.

"Si vous disposez de 10 hectares ou plus, peu rentables ou inexploitées (landes, friches, bois, pâtures), l’Association Div’Porc vous apporte son
appui technique et commercial pour répondre à l’évolution de la demande sociétale pour des viandes issues d’élevages très respectueux de l’animal
et de la nature. Les labels gérés par Div’Porc, déclinés en bio et non-bio, sont soumis à des critères d’élevage engagés pour le bien-être animal,
la santé, l’environnement, la biodiversité.

L’appellation “élevé en liberté” correspond à une densité de 10 à 20 porcs par hectare intégrant une rotation obligatoire des parcelles (inoccupées
ou mises en culture). Le prix de vente des carcasses, qui tient compte des investissements en clôture et réseaux et du temps de travail par tête, permet d’obtenir une bonne rentabilité de cette activité, indépendante des aides, des cours et économe en SAU.

L’alimentation des porcs peut provenir de l’exploitation ou d’un fournisseur d’aliment bio ou non-bio.
Les labels “Grand Porc Premium” (plus de 12 mois) et “Porc Premium” (8 mois), permettent de valoriser des espaces incultes, d’installer un nouvel
éleveur ou de conforter une exploitation existante.

Contact :Pierre Arcan, vice-président DIV’PORC responsable élevages
01640 L’Abergement-de-Varey - 06 45 40 17 93 - pierrearcan@yahoo.fr"


Lien vers le site de Div'Porcs AURA : http://asso-diversiteporcinerhonealpes.blogspot.com/

Présentation via l'article de l'Ain Agricole, le 10 octobre 2019 :
Article Ain Agricole.PDF
(593.24 Kio) Téléchargé 4 fois
Catherine ADABIO
Messages : 81
Enregistré le : 12 août 2015, 10:37

Biosécurité en élevage porcin

Message par Catherine ADABIO » 07 nov. 2019, 10:14

Biosécurité en élevage porcin : Quid pour nos élevages en porcs plein air ??


Mi-septembre 2018, deux carcasses de sangliers porteurs de la peste porcine africaine étaient retrouvées en Belgique, à dix kilomètres de la frontière française. La peste porcine africaine (PPA) est une maladie animale due à un virus qui touche exclusivement les porcs domestiques et les sangliers. Le virus est très facilement transmissible, et entraîne un taux de mortalité de 100%. Aucun traitement efficace ou vaccin n’existe à ce jour.

Suite à l’adoption de l'arrêté ministériel du 16/10/2018, qui définit le cadre réglementaire de la lutte contre la Peste porcine africaine (PPA), l’instruction technique DGAL/SDSPA/2019-389 décrit les
dispositifs techniques permettant d'assurer l'absence d'intrusion de sangliers dans les exploitations et de contact direct avec les porcs domestiques.

Deux types de clôtures sont décrits par l’instruction (Tableau de synthèse ICI):
1. Un type de clôture « renforcée » pour les parcs contenant des animaux pubères, du fait du caractère particulièrement attirant de ces animaux pour les sangliers
2. Un type de clôture « allégée » pour les parcs d’animaux castrés ou non-pubères

Les parcs plein-air des élevages bio concernent majoritairement la phase « maternité ». Donc la plupart des parcs plein-air bio devront s’équiper de clôtures « renforcées », impliquant des investissements lourds, notamment en zone de montagne.

➔Ces obligations devront être respectées à compter du 1 er janvier 2021. Pour tenir ce délai, les éleveurs de porc bio ont besoin de visibilité et de garanties sur les dispositifs d’accompagnement financiers leur permettant de se mettre aux normes.

Les éleveurs et éleveuses bio du réseau FNAB comprennent la nécessité de protéger la filière porc du risque de développement de l’épidémie. Ils attendent également des pouvoirs publics qu’ils accompagnent cette transition nécessaire, afin de préserver l’équilibre économique d’un modèle de production qui répond aux attentes sociétales.
Répondre

Retourner vers « ELEVAGES »