Les essais des maraîchers du collectif

Répondre
Céline ADABio
Messages : 75
Enregistré le : 27 févr. 2019, 10:00
Localisation : Annecy (74)

Les essais des maraîchers du collectif

Message par Céline ADABio » 14 mai 2020, 13:15

Ici sont répertoriés les essais des maraîchers membres du collectif MaraîSol 74.
N'hésitez pas à publier les vôtres en lien avec la thématique ou poser vos questions sur la mise en oeuvre !
Céline ADABio
Messages : 75
Enregistré le : 27 févr. 2019, 10:00
Localisation : Annecy (74)

Semis de carottes sur tapis de chanvre paillé au compost de déchets verts

Message par Céline ADABio » 14 mai 2020, 13:27

Cette année au Pré Ombragé, le semis de carotte à la volée sur tapis de chanvre, ratissé superficiellement puis recouvert d'une couche de compost de déchets verts est testé.
L'irrigation est assurée au goutte-à-goutte.

Levée du semis en S18 :
semis carotte philippe.jpg
Etat de la culture de carotte en S23 :
20200605_141242.jpg
Etat du paillage en S23 :
20200605_141507.jpg
Il y a eu un léger passage très rapide de désherbage manuel, mais l'essai est satisfaisant : très peu d'adventice et levée réussie ! Il n'y a pas de carottes fourchues et elles vont bien à arracher.
20200605_141412.jpg
Céline ADABio
Messages : 75
Enregistré le : 27 févr. 2019, 10:00
Localisation : Annecy (74)

Plantation de mâches sur tapis de chanvre

Message par Céline ADABio » 14 mai 2020, 13:33

Au Bouquet Savoyard, un test de plantation de mâche sur tapis de chanvre a été réalisé.
Les plants sur le tapis de chanvre ont présenté un retard de développement par rapport aux plants sur paillage plastique.
De plus, la gestion de l'eau est délicate avec le paillage en chanvre car il absorbe l'eau : il faut irriguer en continue pour assurer l'approvisionnement en eau du plant.

Les photos de l'avancée du développement ci-dessous :
Fichiers joints
IMG-20191112-WA0001.jpg
IMG-20191112-WA0002.jpg
IMG-20191112-WA0000.jpg
IMG-20191003-WA0000.jpg
Céline ADABio
Messages : 75
Enregistré le : 27 févr. 2019, 10:00
Localisation : Annecy (74)

Semis de carottes sur compost de déchets verts

Message par Céline ADABio » 26 mai 2020, 11:49

Au jardin du Taillefer, le semis de carotte est réalisé sur compost de déchets verts depuis deux années, sous abri et en plein champs. Une fois les planches réalisées (60 x 1.20 m), le compost de déchet vert est épandu et rappuyé avec le passage d'un rouleau pour former un mulch de 5 cm d'épaisseur. Le semis de carotte est ensuite réalisé en 6 ou 8 lignes puis un passage de rouleau est à nouveau effectué. La clé de la réussite du semis repose sur l'irrigation. Le paillage ainsi formé très séchant absorbe beaucoup d'eau, il faut surveiller l'arrosage.
Une bâche d'occultation est positionnée après le semis pendant 5 jours environ pour favoriser la levée des carottes.

Préparation en plein champs et levée :
20200421_150657.jpg
20200421_150735.jpg
20200519_172150.jpg
Levée sous abris :
20200519_171957.jpg
Céline ADABio
Messages : 75
Enregistré le : 27 févr. 2019, 10:00
Localisation : Annecy (74)

Plantations dans paillage de papier kraft + compost de DV

Message par Céline ADABio » 12 juin 2020, 12:24

Au Pré Ombragé, un paillage papier kraft + compost de déchets verts est testé, dans l'objectif de diminuer la pression en adventices et donc le temps de désherbage. Le papier kraft a un coût bien inférieur au paillage chanvre aussi testé sur la ferme. A suivre...
essai papier kraft.JPG
Céline ADABio
Messages : 75
Enregistré le : 27 févr. 2019, 10:00
Localisation : Annecy (74)

Soin des plantes par les plantes à la ferme de Veronnex

Message par Céline ADABio » 02 juil. 2020, 13:01

La ferme de Veronnex a participé à la formation "Fabriquer et produire ses extraits de plantes" en février dernier (voir la rubrique Formation en lien avec la fertilité des sols) et a mis en pratique cette technique en préparant macération d'ail et purins, d'ortie et de consoude.
Entre avril et juin, Timothé a appliqué 3 fois de la décoction de prêle sur ses cultures en préventif, acheté dans le commerce car la prêle n'est pas encore disponible au printemps pour préparer soi-même la décoction. Il a aussi apporté du basalte au sol pour remonter le paramagnétisme de son sol et favoriser l'agglomération des particules et la vie du sol. Un passage de macération d'ail curatif a été fait sur haricot et concombre pour atténuer la pression de puceron.

Le maraîcher va continuer de fabriquer et utiliser ses préparations et souhaite pérenniser cela. Il est toutefois encore trop tôt pour tirer des conclusions de ce changement de pratiques. Timothé témoigne de son organisation et de sa prise en main de la technique. Il a réussi à s'organiser pour fabriquer lui même ces extraits de plantes, en s'aménageant un espace dédié à la fermentation et aux stockages en bidon des préparations (photo ci-dessous). Il n'a pas d'appareil de mesure pour suivre les paramètres chimiques des préparations mais contrôle la qualité par leur odeur, leur aspect visuel et leur comportement dans le bidon.

Par exemple, la première fabrication de macération d'ail a généré un gonflement du bidon. En interrogeant Patrick Goater, intervenant en formation et producteur d'extraits fermentés, il s'avère que la filtration de la préparation et un stockage en température trop élevée expliqueraient ce phénomène.
Suite à ces échanges, la deuxième préparation de macération d'ail du maraîcher a réussie !
Les fabrications des purins ont été plus facilement réalisées.

Pour stocker les préparations, des bidons de volumes de plus en plus faibles seront utilisés au fur et à mesure de l'utilisation de la préparation, pour limiter la présence d'air et la dégradation des purins qui doivent rester en anaérobie.

A suivre !

Espace dédié aux préparations d'extraits fermentés
20200618_162231.jpg
Céline ADABio
Messages : 75
Enregistré le : 27 févr. 2019, 10:00
Localisation : Annecy (74)

Plantation de betteraves directe dans un couvert végétal

Message par Céline ADABio » 13 avr. 2021, 06:04

La Pensée Sauvage réalise depuis quelques années des couverts végétaux intégrés dans les itinéraires techniques pour réduire le travail du sol et les passages de tracteur. Notamment, ils ont réalisé une plantation de betterave en direct dans un couvert végétal. Retour sur la technique et comparaison avec une planche travaillée avec le tryptique de l'Atelier Paysan.

Objectif : Comparer, avec un test bêche*, deux itinéraires techniques différents conduits sur planche
Image

Planche 1 : itinéraire technique sans travail du sol
Essai d'une plantation de betterave (variété Detroit issue de la maison de la semence) dans un couvert roulé de seigle (70%)/vesce d’hiver (30%), variété population locales.
ITK.JPG
Le semis du couvert a été réalisé mi-octobre. Les couverts ont été roulés après la floraison du seigle, début juin et le strip-till a été passé dans la foulée.
L’occultation a été réalisée avec des bâches à ensilage pendant 2 semaines.
Les maraîchers ont évalué le rendement de la betterave identique à celui de l’itinéraire technique classique.

Planche 2 : itinéraire technique « habituel »
Engrais verts seigle/vesce, broyage, préparation de sol avec le tryptique de l'Atelier Paysan {cultibutte, cultirateau, vibroculteur} et implantation

*Test bêche : appréhende la structure du sol en analysant l’assemblage et la composition d’un bloc de terre de 30 x 30 x 30 cm environ. L’état physique des mottes est noté ainsi que la présence de la vie du sol.

Résultats des observations du sol

Planche 1 :
Le bloc de terre (30 x 30 x 30 cm) s’est fissuré lorsqu’il a été déposé sur la bâche en nombreux sous-blocs (1).
Présence de terre fine, de mottes et de cailloux. Il y a environ 50% de terre fine et 50% de mottes très poreuses, facilement friables (2) Structure très ouverte.
De nombreux agrégats humides sur l’ensemble du bloc de 0 à 30 cm (3).
Le sol est actif en terme de biologie : présence de vers de terre (juvénile), carabes, myriapodes… des racines explorent l’ensemble du bloc de manière homogène.

=> C’est un sol de « classe 1 » selon la nomenclature du test bêche : structure du sol ouverte, très poreuse, aucun tassement. Très favorable !
Image

Planche 2
Le bloc de terre (30 x 30 x 30 cm) s’est fissuré lorsqu’il a été déposé sur la bâche en nombreux sous-blocs (4).
Présence de terre fine, de mottes et de cailloux. Il y a environ 30% de terre fine, 50% de mottes très poreuses et 20% de mottes un peu moins poreuses mais également traversées par de nombreuses racines (5). Structure très ouverte.
Au toucher, les agrégats et mottes paraissent plus secs que sur la planche 1.
Le sol est aussi actif en terme de biologie : présence de vers de terre (juvénile), carabes, myriapodes… des racines explorent l’ensemble du bloc de manière homogène.

=> C’est un sol de « classe 1 » selon la nomenclature du test bêche : structure du sol ouverte, très poreuse, aucun tassement. Très favorable !
Image

Conclusion :
On observe les mêmes résultats en terme de structure du sol avec deux itinéraires techniques différents, dont une modalité sans travail du sol classique. Les deux modalités mènent à une très bonne structure du sol, très poreuse (indispensable pour la bonne circulation de l’air, de l’eau et des racines)
Les producteurs sont satisfaits de cette technique et la reconduiront l'année prochaine.
De même, les cardes, bien que plantées plus tard que la série sur planche travaillée classiquement, se sont très bien développées et ne présentent pas de différence (observations qualitatives).
Des analyses de sol seront menées l'année prochaine sur ces différentes planches pour voir l'évolution de la matière organique et les éventuelles modifications en lien avec ces deux pratiques.

Image
Répondre

Retourner vers « Groupe 30 000 MaraîSol 74 - Fertilité des sols »